« c/ginebra 6, Jardín », 2007 (2018) Interprétée littéralement, la « réhabilitation de la vieille ville » de Barcelone, initiée lors des jeux olympiques de 2002, est prise à contre-pied : Sur cette façade mitoyenne, calle Ginebra (rue de Genève ou Genièvre), dévoilant les intérieurs de la « quart de casas », les sanitaires solidaires du mur sont restaurés grandeur nature, les éléments cassés sont réparés, les motifs des carrelages soigneusement repeints, le crépis refait,… L’intervention se restreint au minimum, mettant ainsi en exergue des éléments évocateurs spécifiques au lieu : La rue, en bordure extérieure des remparts, sur les terrains pris sur la mer, le quartier industriel et de pêcheurs, modeste, ce mode de construction où le mur mitoyen porte 2 intérieurs contigus, le modèle architectural, « quart de casas », appliqué au quartier et au-delà, une histoire politique urbanistique portée par les façades, l’exiguïté des intérieurs,… L’espace privé et intime est mis en public. Le chantier, dit « performatif » est ponctué d’événements culturels étroitement liés au thème et au lieu (performances, vjing, spectacles, lectures, conférences). « c/ginebra 6, Jardín », 2007 (2018) 1/7 3’100€ 99 x 81 cm Photographie argentique, Pentax 6×7, impression sur dibond, barres aluminium au verso. De la serie « c/ Ginebra 6 », 5 photographies, 99 x 81 cm chacune. Tirage Lambda, montage verre acrylique et dibond, barres aluminium au dos. Pentax 6×7, 35mm.